Le premier journaliste de la Grande Presse qui brise la loi du silence

Article de Peter Tatchell dans The Guardian du 12 septembre 2007

16 septembre 2007


Peter Tatchell, journaliste au Guardian, Londres

Source : http://commentisfree.guardian.co.uk/peter_tatchell/2007/09/911_the_big_coverup.html


9/11 - the big cover-up?

Six years after 9/11, the American public have still not been provided with a full and truthful account of the single greatest terror attack in US history.

Peter Tatchell

September 12, 2007 10:30 AM

What they got was a turkey. The 9/11 Commission was hamstrung by official obstruction. It never managed to ascertain the whole truth of what happened on September 11 2001.
The chair and vice chair of the 9/11 Commission, respectively Thomas Kean and Lee Hamilton, assert in their book, Without Precedent, that they were "set up to fail" and were starved of funds to do a proper investigation. They also confirm that they were denied access to the truth and misled by senior officials in the Pentagon and the federal aviation authority;
and that this obstruction and deception led them to contemplate slapping officials with criminal charges.
Despite the many public statements by 9/11 commissioners and staff members acknowledging they were repeatedly lied to, not a single person has ever been charged, tried, or even reprimanded, for lying to the 9/11 Commission.
From the outset, the commission seemed to be hobbled. It did not start work until over a year after the attacks. Even then, its terms of reference were suspiciously narrow, its powers of investigation curiously limited and its time-frame for producing a report unhelpfully short - barely a year to sift through millions of pages of evidence and to interview hundreds of key witnesses.
The final report did not examine key evidence, and neglected serious anomalies in the various accounts of what happened. The commissioners admit their report was incomplete and flawed, and that many questions about the terror attacks remain unanswered. Nevertheless, the 9/11 Commission was swiftly closed down on August 21 2004.
I do not believe in conspiracy theories. I prefer rigorous, evidence-based analysis that sifts through the known facts and utilises expert opinion to draw conclusions that stand up to critical scrutiny. In other words, I believe in everything the 9/11 Commission was not.
The failings of the official investigation have fuelled too many half-baked conspiracy theories. Some of the 9/11 "truth" groups promote speculative hypotheses, ignore innocent explanations, cite non-expert sources and jump to conclusions that are not proven by the known facts. They convert mere coincidence and circumstantial evidence into cast-iron proof. This is no way to debunk the obfuscations and evasions of the 9/11 report.
But even amid the hype, some of these 9/11 groups raise valid and important questions that were never even considered, let alone answered, by the official investigation. The American public has not been told the complete truth about the events of that fateful autumn morning six years ago.
What happened on 9/11 is fundamentally important in its own right. But equally important is the way the 9/11 cover-up signifies an absence of democratic, transparent and accountable government. Establishing the truth is, in part, about restoring honesty, trust and confidence in American politics.
There are dozens of 9/11 "truth" websites and campaign groups. I cannot vouch for the veracity or credibility of any of them. But what I can say is that as well as making plenty of seemingly outrageous claims; a few of them raise legitimate questions that demand answers.
Four of these well known "tell the truth" 9/11 websites are:
1) Scholars for 9/11 Truth, which includes academics and intellectuals from many disciplines.
2) 250+ 9/11 'Smoking Guns' a website that cites over 250 pieces of evidence that allegedly contradict, or were omitted from, the 9/11 Commission report.
3) The 911 Truth Campaign that, as well as offering its own evidence and theories, includes links to more than 20 similar websites.
4) Patriots Question 9/11, perhaps the most plausible array of distinguished US citizens who question the official account of 9/11, including General Wesley Clark, former Nato commander in Europe, and seven members and staffers of the official 9/11 Commission, including the chair and vice chair. In all, this website documents the doubts of 110+ senior military, intelligence service, law enforcement and government officials; 200+ engineers and architects; 50+ pilots and aviation professionals; 150+ professors; 90+ entertainment and media people; and 190+ 9/11 survivors and family members. Although this is an impressive roll call, it doesn't necessarily mean that these expert professionals are right. Nevertheless, their scepticism of the official version of events is reason to pause and reflect.
More and more US citizens are critical of the official account. The respected Zogby polling organisation last week found that 51% of Americans want Congress to probe President Bush and Vice-President Cheney regarding the truth about the 9/11 attacks; 67% are also critical of the 9/11 Commission for not investigating the bizarre, unexplained collapse of the 47-storey World Trade Centre building 7 (WTC7). This building was not hit by any planes. Unlike WTC3, which was badly damaged by falling debris from the Twin Towers but which remained standing, WTC7 suffered minor damage but suddenly collapsed in a neat pile, as happens in a controlled demolition.
In a 2006 interview with anchorman Evan Soloman of CBC's Sunday programme, the vice chair of the 9/11 Commission, Lee Hamilton, was reminded that the commission report failed to even mention the collapse of WTC7 or the suspicious hurried removal of the building debris from the site - before there could be a proper forensic investigation of what was a crime scene. Hamilton could only offer the lame excuse that the commissioners did not have "unlimited time" and could not be expected to answer "every question" the public asks.
There are many, many more strange unexplained facts concerning the events of 9/11. You don't have to be a conspiracy theorist to be puzzled and want an explanation, or to be sceptical concerning the official version of events.
Six years on from those terrible events, the survivors, and the friends and families of those who died, deserve to know the truth. Is honesty and transparency concerning 9/11 too much to ask of the president and Congress?
What is needed is a new and truly independent commission of inquiry to sort coincidence and conjecture from fact, and to provide answers to the unsolved anomalies in the evidence available concerning the attacks on the World Trade Centre and the Pentagon. Unlike the often-stymied first investigation, this new commission should be granted wide-ranging subpoena powers and unfettered access to government files and officials. George Bush should be called to testify, without his minders at hand to brief and prompt him. America - and the world - has a right to know the truth.


11 septembre : La Grande Arnaque

Même le bureau de la commission chargée d'enquêter sur les évènements du 11 septembre admet que la version officielle qui fui fournie est "loin de la vérité".

Peter Tatchell

12 septembre 2007, 10 h 30

Six ans après les évènements du 11 septembre le public américain ne dispose toujours pas d'une version crédible de l'unique attaque terroriste massive de toute l'histoire des Etats-Unis.

Tout ce qui a été produit ne tient pas debout. L'enquête de la Commission s'est trouvée paralysée par le blocage des services officiels. Il n'a jamais été possible d'établir toute la vérité sur les évènements qui se sont produits ce jour-là.

Les chairman, Thomas Kean et le vice-chairman, Lee Hamilton, déclarent dans leur livre "Sans Précédent" qu'on les a mis en situation d'échec dans leur mission et qu'il ne peur a pas été attribués de fonds suffisants pour mener à bien une investigation. Ils témoignent que tout a été mis en oeuvre pour les empêcher de rétablir les faits dans leur vérité et qu'ils ont été induits en erreur par des hauts responsables du Pentagone et de l'administration fédérale de l'aéronautique et que ces fraudes et cette obstruction doivent être assimilée à des crimes.

En débit du plusieurs déclarations publiques de personnalités impliquées dans ces affaires, qui ont reconnu à plusieurs reprises avoir menti aucine d'entre elles n'a été inculpée, mise en examen ou simplement réprimandée pour ces mensonges proférés lors de l'enquête officielle.

Dès le départ les travaux de la commission ont été entravés. Rien n'a pu commencer avant que ne s'écoule une année entière après les évènements. Même quand cette enquête put enfin débuter il apparût que sa marge de manoeuvre était singulièrement étroite, ses moyens d'investigation lilmités, tout ceci pour devoir produire un rapport de peu de poids en ne disposant que d'une année pour passer au crible des millions de pages de documents et pour interroger des centaines de témoins.

Le rapport final laisse de côté des points-clés et passe sous silence nombre d'anomalies. Les membres de cette commission admettent que ce rapport fut incomplet, dénaturé et que nombre de questions concernant cette attaque terroriste restent sans réponse.

Quoiqu'il en soit il fut rapidement mis un terme aux travaux de cette commission chargée d'examiner ces évènements du 11 septembre et tout fut déclaré clos le 21 août 2004.

Je n'opte pas pour des théories conspirationnistes. Je préfère parler d'un démarche rigoureuse, basée sur analyse méthodique et qui se base sur un passage au crible des faits portés à la connaissance d'une commission d'enquête, puis qui s'appuie sur des avis d'experts pour formuler des conclusions. En d'autres termes je pense que les travaux de la commissions chargée d'enquêter sur les évènements du 11 septembre a tout fait sauf cela.

Les déficiences constatées dans la façon de mener l'enquête ont alimenté des théories conspirationnistes vite échafaudées. Certains groupes, qui se sont donnés pour mission de faire toute la vérité sur ces évènements du 11 septembre passent à côté d'explications simples de faits, par méconnaissance, s'appuient sur des conclusions émanant de gens qui ne sont pas experts dans les sujets abordés, puis sautent sur des conclusions qui ne reposent pas sur des faits avérés. Ils ont tendance à transformer en preuve irréfutable des éléments circonstanciels ou relevenant de coincidences.

Ce n'est pas la bonne façon de lever l'obscurité qui recouvre ces évènements ainsi que les carences du rapport de la commission d'enquête. Mais même au milieu de toiut ce tapage, de cette cacophonie, il reste que ces groupes soulèvent d'importantes questions qui avaient été jusqu'ici négligées ou passées sous silence, lassées sans réponse au terme des investigations officielles. Le public américain n'a pas été informé de toute la vérité concernant ces horribles évènements survenus six ans plus tôt lors de cette triste matinée de septembre.

. Il est parfaiteent licite et important que la lumière soit faite sur ces évènements. Mais il est aussi important de souligner que les dissimulations et la façon dont fut menée cette enquête est le signe que le gouvernement a fait montre d'un total manque de transparence, incompatible avec un fonctionnement démocratique.

Rétablir la vérité passe par le restauration de la confiance des citoyens américains envers leur gouvernement. Il y a des douzaines de sites internet et de groupes de militants qui prétendent rétablir "la vérité" sur ces évènements du 11 septembre. Je ne cautionnerai aucun d'entre eux. mais ce que je peux dire c'est qu'en même temps que ces sites et groupes formulent des accusations qui peuvent paraître monstrueuses et démesurées, autant ils soulèvent nombre de questions légitimes auxquelles des réponses doivent être apportées.

Je citerai quatre de ces sites bien connus :

1) Scholars for 9/11 Truth, qui regroupe des intellectuels et des universitaires de différentes discilines.

2) 250+ 9/11 'Smoking Guns' : Un site qui recense 250 éléments contradictoires ou qui ont été omis dans le raport de la commission 9/11.

3) The 911 Truth Campaign : Ce site présente ses propres constats, théories et inclus des liens qui pointent vers 20 autres sites traitant du même sujet.

4) Patriots Question 9/11, qui est peut-être le groupe le plus remarquable de personnalités américaines qui remettent en cause les conclusions du rapport, incluant le général General Wesley Clark, ancien chef de l'OTAN en Europe, ainsi que sept membre de la commission d'enquête, incluant le président et le vice-président de cette même commision. Dans ce site on trouvera regroupés les commentaires et les doutes formulés par plus de cent dix officiers de haut rang, membres de l'intelligence service, représentants officiels de la commission des lois aux Etats-Unis, par plus de deux cent ingénieurs et architectes, plus de cinquante pilotes et professionnels du monde de l'aéronautique, plus de cent cinquante professeurs, quatre vingt membres du show buiseness et de la galaxie des médias, plus de cent quatre vingt dix survivants et membres de leurs famille. En dépit de cette liste impressionnante il n'en découle pas automatiquement que ces avis formulés par des experts soient immédiatement recevables. Mais le scepticisme qu'ils affichent face à la version officielle mérite qu'on se pose des questions.

De plus en plus de citoyens américains s'avèrent sceptiques vis à vis de la version officielle. L'institut de sondage reconnu Zogby a déclaré que 51 % des Américains veulent que le Président Bush et le Vice-Pésident Cheney soient interpellés à propos des évènements du 11 septembre et de la version officielle des faits qui a été donnée. 67 % se déclarent très surpris de la façon dont a été menée l'enquête sur l'effondrement du bâtiment numéro 7 du World Trade Center, lequel n'avait été heurté par aucun avion. Alors que le bâtiment numéro 3, qui avait subi des dommages collatéraux sérieux suite aux impacts des avions sur les tours jumelles demeura debout, le bâtiment numéro 7 s'effondra sur lui-même comme il aurait pu le faire s'il avait été l'objet d'une démolition contrôlée.

En 2006, interviewé ( interview ) par le présentateur Evan Soloman, du programme dominical de la chaîne CBS le vice-président de la commission d'enquête du 9/11 , Lee Hamilton, se rappela que le rapport de la commission avait tout simplement omis de mentionner cet effondrement du bâtiment numéro 7 ainsi que la précipitation suspecte avec laquelle les débris furent aussitôt enlevés, empêchant toute enquête possible "sur les lieux du crime".

Hamilton, confronté à cette question, invoqua simplement l'excuse boiteuse selon laquelle les membres de la commission n'avaient pas eu un temps illimité pour composer leur rapport et n'avaient ainsi pas pu répondre à toutes les questions que le public aurait pu se poser.

Il y a beaucoup, beaucoup de faits étranges et inexpliqués concernant ces évènements du 11 septembre. Il n'est pas nécessaire d'être un théoricien de la conspiration pour être interpellé par cette constellations de faits et pour être sceptique vis à vis de la version officielle proposée.

Six ans après ces terribles évènements, les survivants, les amis et les familles de ceux qui sont morts dans cette tragédie ont le droit de connaître la vérité. Est-ce faire preuve d'une rigueur et d'un souci de transparence excessifs que de demander cela au Président et au Congrès ?

Ce qu'il faut, c'est que soit mise en place une nouvelle commission qui soit réellement indépendante, capable de démêler les faits de ce qui relève du hasard ou de la coincidence, de façon à donner des réponses aux anomalies non élucidées concernant les attaques menées contre le World Trade Center et le Pentagone.

A la différence des premières investigations, où de nombreuses barrières furent dressées, cette nouvelle commission devrait disposer du pouvoir d'assigner n'importe quelle personnalité officielle et de ne rencontrer aucune entrave dans sa recherche de documents et d'éléments de quelque nature qu'ils soient. George Bush devrait être appelé à témoigner sans que ses "nounous" ne lui tiennent la main et ne lui dictent ses propos. L'Amérique et le monde entier - ont le droit de connaître la vérité. .




La presse française


Lire le texte de Noam Chomsky, paru dans le Monde Diplomatique


Encore une fois, je me suis tapé la traduction de cet article anglais moi-même. J'ai pensé qu'il y avait urgence. Je perds un peu l'habitude de solliciter mes collègues chercheurs. Ce sont des gens très occupés. Plus que des savanturiers il faudrait plutôt les imaginer comme des personnages de Courteline. Bien peu son réellement conscients de ce qui se trame autour d'eux.






Un ami vient de sortir un ouvrage assez épais orienté vers l'épistémologie et la philosophie, où il a pris le risque de me citer de manière très élogieuse, en dépit d'injonctions énergiques émanant de son brain trust d'astrophysiciens et de cosmologistes (avec à mon avis beaucoup plus de trust que de brain, mais passons..). Dans un courrier il me me disait qu'il ne saurait me solliciter pour une intervention dans l'organisme dont il s'occupait, tant que je ne serais pas revenu sur des positions qu'on m'ont fait, me dit-il, mettre au ban de la communauté scientifique. Parmis ces griefs :


Le fait de douter qu'un avion ait pu percuter le Pentagone le 11 septembre 2001.





Nouveautés      Guide       Page d'Accueil