Humour ( textes )

page créée le 24 mars 2005

Proverbe chinois :

C'est en voyant un moustique se poser sur vos testicules que vous pouvez prendre conscience qu'on ne peut pas régler tous les problèmes par la violence

 

M. le responsable de l'Assistance technique,

Il y a un an et demi j'ai changé ma version Fiancée 7.0 par la version Épouse 1.0 et j'ai observé que le programme a lancé une application inattendue appelée Bébé 1.0 qui prend beaucoup d'espace dans mon disque dur. Dans la notice, cette application n'est pas mentionnée.

D'autre part, Epouse 1.0 s'auto installe dans tous les autres programmes, et se lance automatiquement dès que j'ouvre n'importe quelle autre application, parasitant l'exécution de celle-ci.

Des applications telles que BièreEntreCopains 10.3 ou Footdudimanche soir 5.0 ne fonctionnent plus. De plus, de temps en temps se lance un programme occulte (virus ?) appelé BelleMere 1.0 lequel, soit plante le système, soit fait que Epouse 1.0 se comporte de manière totalement inattendue. Je n'arrive pas à désinstaller ce programme et ceci est très irritant, surtout lorsque j'essaye d'exécuter
l'application DimancheCalin 3.0, il semblerait que certaines fonctionnalités aient des bogues, par exemple, la commande

C:\Petite_pipe_du_samedi.exe ne s'active jamais. J'envisage de revenir au programme que j'avais avant, Fiancee 7.0, mais le processus de désinstallation d' Epouse 1.0 me semble fort complexe et je ne mesure pas encore bien les risques que cela peut comporter pour les autres applications comme Bébé 1.0, qui je l'avoue est très convivial.

Pouvez-vous m'aider ?

Un utilisateur démoralisé.

RÉPONSE

Cher Utilisateur :

Votre plainte est très fréquente parmi les utilisateurs, mais elle est due la plupart du temps à une erreur de conception de base : Beaucoup d'utilisateurs passent de n'importe quelle version de Fiancée X.0 à Epouse1.0 avec l'idée fausse que Epouse1.0 n'est qu'un programme d'utilitaires et de divertissement. Cependant, Épouse 1.0 est bien plus que ça : il s'agit d'un SYSTEME D'EXPLOITATION COMPLET, créé pour contrôler et gérer toutes vos applications. Même problème avec BelleMerereX.0. Ces programmes sont d'anciennes générations, desquels dérivent Epouse X.0 et entraînent souvent des problèmes de compatibilité. Avec un peu de chance, ils finissent par être victime d'un virus et disparaissent au bout de plusieurs années.

Évitez aussi l'utilisation excessive des touches ESCAPE ou SUPPRIMER, car vous devrez ensuite utiliser la commande C:\faire_des_excuses.exe/fleurs/all pour que le programme refonctionne normalement. Epouse1.0 est un programme assez intéressant, mais qui peut générer un coût élevé, s'il est mal utilisé. Je vous conseille d'installer un software additionnel pour améliorer la rentabilité d'Epouse1.0. comme Fleurs 5.0, Bijoux 2.3, ou bien Sejour_au_Club_Med1.2. Vous pouvez aussi vous servir de Oui_mon_amour8.0 ou bien de Tu_as_raison_ma_chérie14.7. Vous pouvez les télécharger sur Internet, leurs résultats sont assez satisfaisants.

ATTENTION : n'installez jamais Secrétaire_en_minijupe3.3 ou Petite_amie 1.1. Ces programmes ne fonctionnent pas dans l'univers d'Epouse1.0 et pourraient causer des dommages irréversibles dans le système.

Pour la fonctionnalité, C:\Petite_pipe_du_samedi.exe ne s'activera qu'après l'exécution d'autres commandes comme C:\souper_au_resto.exe

Bonne chance.

29 août 2005


Ce sont deux fous qui se rencontrent. L'un d'eux a à la main une boite de sardine ouverte. Il dit à l'autre :

- Je te propose un truc. Tu montes au troisième étage. Tu sautes et tu atterris dans ma boite, là.

Et l'autre réponds :

- Négatif. Je ne suis pas dingue. Quand j'aurai sauté, tu enlèveras la boite !



 


Un mari qui s'inquiète de l'attitude de sa femme :

- Pourquoi ne me dis-tu jamais quand tu jouis ?

- Ben, tu ne veux jamais que je te téléphone quand tu es au au travail....





Définition du chameau, selon Churchill :

- C'est un cheval, dessiné par plus de deux personnes.





L'histoire se passe en Ecosse. Des ouvriers construisent un pont, en contrebas d'une colline. De l'autre côté habite le Grand Ptérodactyle d'Ecosse, le dernier de l'espèce.

Au moment du repas, un des ouvriers sort son déjeuner de sa musette. Tous les jours sa tendre épouse lui prépare quelque chose. Mais il affectionne particulièrement les sandwiches jambon-beurre.

Or, à l'occasion de ce chantier, quelque chose ne va pas, et c'est tous les jours pareil. Au moment même où l'ouvrier ouvre sa musette et sort son sandwich le Grand Prétodactyle, qui le guette depuis le haut de la colline, s'élance, saisit le sandwich dans son bec, effectue un virage et disparaît.

Au bout d'une semaine l'ouvrier, agacé et intrigué, décide se s'approcher en silence du haut de la colline. Il avance avec précaution, juste après que le Grand Ptéodactyle lui ait pîqué son nième sandwich. Et alors, que voit-il ?

L'animal ouvre les sandwich, saisit le jambon avec le bout de son bec et le jette. Puis, ayant mis les deux tranches de pain bien à plat, avec le beurre côté sol, il s'assied dessus et dévale la colline en s'écriant :

- Ca, c'est la vie !

Jacques Richalet, Supaéro promo 1961


Raconté par Carmela Farriols ( c'est de l'humour espagnol )

C'est un type qui n'est pas satisfait de ses performances intellectuelles apprend qu'un grand chirurgien parvient à accroître sensiblement le QI de ses patients en modifiant des connexions neuronales dans leur encéphale. Bien que l'opération soit à la fois assez coûteuse et relativement risquée, l'homme se fait opérer. Et là, il gagne dix points de plus au test. Cela lui permet de briller en société, de séduire des femmes, de mieux réussir dans ses affaires.

Très intéressé il se fait opérer une deuxième fois et gagne encore dix points supplémentaires.

Six mois après, il retourne chez le chirurgien et lui demande de l'opérer de nouveau. Mais le praticien lui répond aussitôt.

- Je veux bien. Mais sachez qu'alors vous allez avoir vos règles....



 

 

Agence France Presse mardi 24 janvier 2006, 14h01 .
Transmis par mon amie Hélène Degoix.

La question de l'existence de Jésus portée devant la justice italienne

ROME (AP) - La justice italienne va se pencher à partir de vendredi sur une affaire pour le moins inhabituelle: un Italien athée accuse un prêtre du village de Bagnoregno (centre) d'avoir violé la loi en affirmant publiquement ce que beaucoup tiennent pour acquis, à savoir que Jésus-Christ a existé. Dans une plainte déposée en 2002 par Luigi Cascioli, le père Enrico Righi se voit reprocher d'avoir écrit dans le bulletin de la paroisse que Jésus a réellement existé, qu'il est né à Bethléem et a vécu à Nazareth. M. Cascioli, un athée convaincu, affirme que le prêtre a violé deux lois sur l'"abus de croyance populaire" et l'usurpation d'identité. Selon lui, Jésus n'a jamais existé et l'Eglise catholique ment depuis 2000 ans en déclarant le contraire. Il assure que les Evangiles -témoignages les plus fréquemment cités sur l'existence du Christ- ne sont pas fiables, comportent de nombreuses erreurs et sont de parti pris. Quant aux autres preuves écrites datant de cette époque, elles sont peu nombreuses et ne résistent pas à une analyse sérieuse, soutient-il.

Le parquet, qui en Italie est obligé d'enquêter sur de telles plaintes, avait initialement tenté de classer l'affaire au motif qu'aucun délit ne pouvait être constaté. Mais M. Cascioli a persévéré et une audience préliminaire a été fixée à vendredi à Viterbe, au nord de Rome, pour discuter de l'éventuelle nomination par le tribunal d'un groupe d'experts qui seraient chargés de déterminer si Jésus a bien existé... Luigi Cascioli, 72 ans, aurait pu prendre pour cible des évêques, des cardinaux ou même le pape pour la même raison. Mais il explique que dans cette affaire l'identité de la personne poursuivie n'a pas grande importance. "Quand on veut démontrer que le Christ n'a pas existé, attaquer un simple prêtre, un évêque ou un cardinal revient au même", assure-t-il dans une récente interview. M. Cascioli affirme n'avoir aucune objection à ce que les chrétiens professent librement leur foi. Dans sa plainte, il précise vouloir en revanche "dénoncer l'abus que l'Eglise catholique commet en usant de son prestige pour inculquer comme s'ils étaient réels et historiques des faits qui ne sont que des inventions".

Le père Righi, ancien camarade de classe de M. Cascioli, a répliqué au plaignant dans un récent bulletin paroissial. Il y déclare que des preuves historiques, de sources religieuses mais pas uniquement, montrent que l'existence du Christ est "irréfutable". "Cascioli affirme que le Christ n'a jamais existé. S'il ne voit pas cette évidence, il ne peut me dénoncer parce que je la vois. Il devrait dénoncer tous les croyants!", écrit-il. Il cite de nombreux observateurs de l'Antiquité qui ont écrit sur l'existence de Jésus, comme l'historien juif Flavius Josèphe, considéré comme la principale source non-chrétienne sur l'existence de Jésus, et les écrivains romains Pline le Jeune ou Tacite. Pour Scott Appleby, professeur d'histoire de l'Eglise à l'université américaine de Notre Dame, il n'y a "pas de doute réel" sur le fait que Jésus a existé. "Ce que Jésus de Nazareth a fait et ce qu'il signifie est une autre question. Mais concernant son existence, il y a plus de preuves que pour beaucoup d'autres personnages historiques qui ont réellement existé", souligne M. Appleby.

M. Cascioli reconnaît qu'il a peu de chances d'obtenir gain de cause devant la justice italienne. "Nous ne sommes pas optimistes, à moins que la Madone fasse un miracle, mais je ne crois pas que cela arrivera", plaisante-t-il. Il veut toutefois aller au bout de son parcours judiciaire en Italie pour pouvoir ensuite porter l'affaire devant la Cour européenne des droits de l'homme, où il veut poursuivre l'Eglise pour "racisme religieux"... "Depuis que je suis né, je suis contre le Christ et Dieu", affirme-t-il. "Je dois agir maintenant avant de mourir."


 

 

Une femme à son mari :

- Chéri, qu'est-ce que tu préfères, une femme jolie ou une femme intelligente ?

- Ni l'une ni l'autre. Tu sais bien que je n'aime que toi !

 

 

 

Une famille possède une chienne, qui soudain est en chaleur. Au lieu de l'enfermer, le père a une idée.

- Ce qui attire les mâles, c'est son odeur. On n'a qu'à lui passer de l'essence sur le poil, comme ça, ça masquera et ils la laisseront tranquille.

Deux heures passent. Soudain la gosse de la maison dit à son père :

- Papa, la chienne est tombée en panne d'essence. Heureusement elle a pu rentrer à la maison. Il y a un chien qui la pousse.

 

 

 

Humour américain :

Extrait du film Helzapopin. C'est une scène où un personnage en interroge un autre dont le rôle est tenu par Misha Auer :

- You have a very strange accent. You are not English
- No.
- Aoh. What country are you from ?
- I am Finnish.
- But you d'ont speak finish ?
- No, finnish is too difficult.



 

 

Humour anglais :

Ce sont deux Anglais qui prennent ensemble un train de banlieue depuis vingt ans. Bien sûr, ils ne se sont jamais adressé la parole, puisqu'ils n'ont pas été présentés. Mais un jour un de deux passagers va partir à la retraite. Avec beaucoup de gêne il finit par adresser la parole à son voisin.

- Je suis désolé de vous déranger. Nous prenons ensemble le train depuis vingt ans chaque matin et il y a une question que je me pose depuis tout ce temps-là. Ce serait trop frustrant de ne plus voir et de rester sans savoir la réponse à cette question.

- Je vous en prie, posez votre question.
- Voilà, lorsque nous effectuons ensemble ce trajet en train depuis vingt ans entre Eastwick et Londres, lorque nous sommes à mi-parcours vous ouvrez la fenêtre du compartiment. Puis vous sortez une petite boite de votre gilet qui contient une poudre et vous en jetez une pincée par la fenêtre. Cette poudre, qu'est-ce que c'est ?
- C'est de la poudre anti-éléphant.
- Mais il n'y a pas d'éléphant entre Eastwick et Londres !?!
- Efficient, isn't it ?


 

 

Humour chinois :

Deux fous marchent dans une rue obscure. Soudain l'un d'eux pose une lampe de poche sur le sol, dont le rayon lumineux monte droit vers le ciel. Il dit à son compagnon :

- Tu n'es pas chiche de grimper sur ce rayon lumineux.

- Je ne suis pas fou, répond l'autre. Si je le fais, dès que je serai assez haut, tu vas éteindre la lampe.

 

 

 

Des hommes font la queue avant de comparaître devant Saint Pierre. L'un d'eux remarque :

- Vous avez vu. Le gardien des clés a l'air plutôt sympa avec les gens qui ont été mariés. A l'entendre il les envoie systématiquement au paradis, alors que ceux qui n'ont jamais été mariés doivent se taper un peu de purgatoire....

Finalement, vient son tour.

- Avez-vous été marié ?
- Oui, quatre fois....
- Alors, pour vous, direction le purgatoire.
- Mais ... je ne comprends pas ! Ceux qui sont passés avant et qui avaient été mariés, vous les avez tous envoyés au paradis, sans exception. Et moi ....
- Mon cher, au paradis on admet les martyrs, pas les imbéciles ...

 

 

 

 

Humour marseillais

Deux vieux amis discutent.

- Dis, à ton avis, est-ce qu'il y a une vie après la mort ?
- Ma foi.....
- Ecoute, j'ai une idée. On n'a qu'à se faire une promesse. S'il y a quelque chose après la mort le premier qui décède reviendra le dire à l'autre.
- Ca, c'est une idée.

Quelques mois après, l'un des deux meurt. Quelque temps après l'autre, une nuit, sent une présence dans sa chambre à coucher.

- Oh, qui c'est qui est là ?
- C'est moi, Zé.
- Ah, tu es revenu ! Alors il y a une vie après la mort.
- Oui.
- Ah, bien. Et est-ce qu'on joue aux boules dans l'au-delà ?
- Ca oui.
- Ca, pour une bonne nouvelle c'est une bonne nouvelle !
- Mais il y en a une autre qui ne va pas trop te plaire.
- Ah bon, laquelle ?
- Figure-toi que tu es inscrit comme tireur pour la semaine prochaine.

 

 

 

Humour juif :

Ce sont deux mères juives qui discutent. La première :

- Mon fils, il est plein d'attentions pour moi. Toujours quand il part, il me téléphone sur le portable. Quand il rentre il m'apporte des fleurs.

L'autre :

- Mon fils à moi, c'est beaucoup que ça. Plusieurs fois par semaine il va voir un type, il le paye, et il ne lui parle que de moi.

 

 

 

Une tortue vient déposer au commissariat, après avoir été agressée par des escargots.

Le policier lui demande :

- Pouvez-vous nous donner des détails ?
- Impossible. Tout s'est passé si vite .....



 

 

Plus on va moins vite et moins la vitesse est plus grande

 

 

 

La meilleure preuve que l'intelligence extraterrestre existe est qu'on ne nous contacte pas

 

 

 

A propos du GEIPAN, créé en 2005 au Cnes, faisant suite au Sepra pour "le recueil scientifique des informations concernant le phénomène ovni" :

Il faut mettre un frein à l'immobilisme

 

 

 

Un homme d'un certain âge aborde un jeune homme.

- Dites-moi. C'est bien vous qui êtes allé sur la plage, hier soir, à marée basse, vous promener, la nuit tombée ?

- Oui......

- Vous vous êtes alors amusé à écrire votre nom en pissant sur le sable.

- Euh... c'est exact.

- Eh bien j'ai reconnu l'écriture de ma fille !


 

 

29 janvier 2009

Plaisanteries scatologiques.

Ce sont trois Anglais qui envisagent de faire une croisière en bateau. Mais le problème se pose : qui fera la cuisine ? Tous veulent échapper à cette tâche. Ils décident de faire un concours. Chacun préparera un plat et celui qui sera préposé aux tâches culainire sera celui qui aura fait montre des meilleurs disposition en la matière sera désigné comme cuistot .

Tous trois décident de faire les plats les plus infects possibles, pour ne pas être choisis. L'un se dit " je vais carrément cuire une merde, comme ça, aucune chance ". Il la prépare, à la poêle, grillée, aux fines herbes. Mais ses compagnons s'aperçoivent de son stratagème. Cependant, après avoir goûté le plat, ils déclarent ( en angais ) :

- Aehm.... it's a sheet...... but a good one !

- Hmm... c'est une merde... mais une bonne !

Cela me rappelle une histoire que m'a raconté mon vieil ami Jean-Lecomte, mon " maître à grimper ", avec qui j'avais appris l'escalade dans les Calanques de Marseille et dans les falaises de Freyr, dans les Ardennes belges

 

Jean Lecomte et sa femme Lulu, en 2007 à Bruxelles

Jean (décédé en 2010) et sa femme Lulu, à Bruxelles, en 2007, devant une fondue

 

J'ai été moniteur d'escalade, dans un cadre universitaire, à l'époque. C'était au temps où les voies n'étaient pas équipées, où on devait pitonner et dépitonner et où les falaises résonnaient du bruit joyeux des marteaux.

Jean m'a raconte qu'un jour il emmène son ami André Collard pour faire l'escalade du Mont Blanc. Dans cette course, la dernière étape est le refuge Vallot. Ils y passent la nuit. Le lendemain matin, Collard est mort de fatigue et prêt à renoncer à cette fin de course.

- C'est idiot, lui dit Jean, on y est presque !
- Ecoute, si tu me fais un café bien chaud, ça ira.

Jean explore son sanc, trouve du café, du sucre et un reste de cartouche de gaz. Il ouvre la porte du refuge et ramasse, avec sa gamelle en alu, une poignée de neige, puis met tout cela à chauffer.

- Ca y est, André, on va pouvoir y aller. Ton café est prêt !

Hélas, dans la casserole flotte un magnifique étron. En vérité, dans ces refuges, quand les alpinistes font leurs besoins par mauvais temps, il leur arrive d'être si épuisés qu'ils ont à peine la force de se se traîne au delà du seuil, en pleine tempête.

 

 

 

 

 

Pour s'endormir, un mouton ne peut compter que sur lui-même

 

 

 

La télé est aux humains ce que le sable est aux autruches

                                                                                          François Pincemin, 3 février 2009

 

 

 

 

Histoire juive :

C'est un fils de famille, Juif et homosexuel, qui dit un jour à son père :

- Papa, je veux épouser le fils du concierge

- Tu es fou, un Catholique !

 

 

 

Mémoire :

C'est un type qui va chez un médecin.

- Docteur, je souffre de troubles de perte de mémoire.

- Et vous souffrez de cela depuis quand ?

- Depuis quand, quoi ?

 

 

 

Le tennis et le ping-pong, c'est pareil. Sauf qu'au tennis, ils sont debout sur la table.

Voler, c'est quand on a trouvé un objet avant qu'il soit perdu.

Les sondages, c'est pour que les gens sachent ce qu'ils pensent

Je ferai aimablement remarquer aux hommes politiques qui me prennent pour un rigolo que ce n'est pas moi qui ai commencé."

Les journalistes ne croient pas les mensonges des hommes politiques, mais ils les répètent, c'est pire !

La franchise ne consiste pas à dire ce qu'on pense, mais à penser ce qu'on dit,

Le mariage, la confiance n'y est pas. Il faut des témoins, comme dans les accidents.

C’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison.

Les hommes politiques sont pas tous des voleurs, mais quand ils vous serrent la main, recomptez vos doigts

Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire

Coluche     

    

 

 

Une trés belle femme frappe à la porte de son voisin et lui dit : 

- J'ai une envie folle de m'amuser, de me saouler et de faire l'amour toute la nuit... êtes vous occupé ce soir ?

- Non ! répond le voisin tout heureux

- Alors vous pouvez garder mon chien ? 

 

 

16 juin 2011. L'humour le Coluche :

- Pour éviter d'avoir des fils, faites l'amour avec votre belle-soeur. Comme ça vous n'aurez que des neveux.

- Tous les champignons sont comestibles. Certains une fois seulement

- Soyez gentils avec vos enfants. Ce sont eux qui choisiront votre hospice

- Les amis vont et viennent. Les ennemis s'accumulent.

- Certains hommes aiment tellement leur femme que, pour ne pas l'user, ils se servent de cele des autres.

- La hiérarchie, c'est comme les étagères. Plus c'est haut, plus c'est inutile

 

 

 

Guillaume Bachelay, secrétaire national à l'industrie du PS, parlant de Ségolène Royal :

- Qu'on commette des erreurs en politique c'est possible ; qu'on les commette toutes, c'est fou !

François Bayrou, président du Modem :

- Rassembler les centristes, c'est comme conduire une brouette pleine de grenouilles

Gabriel Cohn-Bendit (le frère) :

- Les Verts sont capables du meilleur comme du pire ; mais c'est dans le pire qu'ils sont les meilleurs.

 

 

Retour au début de cette page " Humour - Texte "


22 août 2011

Un avion de ligne tombe dans l'eau en plein Pacifique...


Trois survivants seulement : le pilote, un steward et une hôtesse.
Ils s'accrochent aux débris qui flottent. Après avoir dérivé pendant une semaine, ils arrivent sur une île totalement déserte.
Au bout de quelques jours, ils commencent à comprendre qu'ils ne seront jamais secourus. La vie s'organise. Ils se construisent une cabane. La nature généreuse leur fournit viande, fruits, eau fraîche. Ils sont beaux, jeunes...

Après 1 mois, l'hôtesse se décide à parler aux deux autres :

- Écoutez, nous sommes seuls... Peut-être pour toujours. Nous nous sommes toujours respectés, nous avons notre intimité, tout est très chouette... Mais je sens que nous souffrons d'un certain manque. Je sais que vous n'osez pas en parler, alors je le dis moi-même : je suis d'accord. Il suffit de s'arranger, par exemple, toi les jours pairs et toi les jours impairs. S'il y a le moindre problème, on en parle.

Enchantés d'avoir pu en parler et de s'être organisé, ils passent des semaines fabuleuses. Chacun à son tour, dans un respect mutuel et une attente exemplaire,

L'un les jours pairs, l'autre les jours impairs.

Malheureusement, après deux mois, la fille attrape un virus foudroyant et meurt...

Les deux autres ! Sont terriblement tristes, mais la vie se réorganise.. Au bout d'un mois, l'un des deux s'adresse à l'autre :

- Écoute vieux, le temps passe, c'est dur pour toi comme pour moi. Alors autant en parler. Je suis jeune, je suis en manque, ça ne peut pas durer comme ça. Qu'est-ce que tu en penses ?

L'autre le remercie d'avoir osé en parler et tout de suite le rassure en lui disant que c'est la même chose pour lui.

- Tu penses comme moi alors

- Oui, je suis d'accord, et si ça ne va pas on en parle.

- D'accord, comment on fait? Toi les jours pairs et moi les jours impairs?

- D'accord, on essaie.

Ils passent des semaines formidables, mais un soir, l'un des deux dit à l'autre :

- Écoute, on a dit que si ça n'allait pas on en parlait. Eh bien je trouve que ça ne va plus. On est seuls, on est jeunes d'accord, mais ce qu'on fait me gène, c'est contre nature.

- Tu me rassures dit l'autre, j'allais aussi t'en parler. J'aimerais qu'on arrête. De toutes façons les sensations ne sont pas les mêmes qu'avant...

- Tu es d'accord alors

- Oui et toi

- Oui.

 - Bon... Alors... On l'enterre ??......

 

 

26 août 2011

La crise des ânes

Un homme portant cravate se présenta un jour dans un village. Monté sur une caisse, il cria à qui voulait l’entendre qu’il achèterait cash 100 € l’unité tous les ânes qu’on lui proposerait.

Les paysans le trouvaient bien un peu étrange mais son prix était très intéressant et ceux qui topaient avec lui repartaient le portefeuille rebondi, la mine réjouie. Il revint le lendemain et offrit cette fois 150 € par tête, et là encore une grande partie des habitants lui vendirent leurs bêtes.

Les jours suivants, il offrit 300 € et ceux qui ne l’avaient pas encore fait vendirent les derniers ânes existants. Constatant qu’il n’en restait plus un seul, il fit savoir qu’il reviendrait les acheter 500 € dans huit jours et il quitta le village.

Le lendemain, il confia à son associé le troupeau qu’il venait d’acheter et l’envoya dans ce même village avec ordre de revendre les bêtes 400 € l’unité. Face à la possibilité de faire un bénéfice de 100 € dès la semaine suivante, tous les villageois rachetèrent leur âne quatre fois le prix qu’ils l’avaient vendu et pour ce faire, tous empruntèrent.

Comme il fallait s’y attendre, les deux hommes d’affaire s’en allèrent prendre des vacances méritées dans un paradis fiscal et tous les villageois se retrouvèrent avec des ânes sans valeur, endettés jusqu’au cou, ruinés.

Les malheureux tentèrent vainement de les revendre pour rembourser leur emprunt. Le cours de l’âne s’effondra. Les animaux furent saisis puis loués à leurs précédents propriétaires par le banquier. Celui-ci pourtant s’en alla pleurer auprès du maire en expliquant que s’il ne rentrait pas dans ses fonds, il serait ruiné lui aussi et devrait exiger le remboursement immédiat de tous les prêts accordés à la commune.

Pour éviter ce désastre, le Maire, au lieu de donner de l’argent aux habitants du village pour qu’ils paient leurs dettes, le donna au banquier, ami intime et premier adjoint, soit dit en passant. Or celui-ci, après avoir rétabli sa trésorerie, ne fit pas pour autant un trait sur les dettes des villageois ni sur celles de la commune et tous se trouvèrent proches du surendettement.

Voyant sa note en passe d’être dégradée et pris à la gorge par les taux d’intérêts, la commune demanda l’aide des communes voisines, mais ces dernières lui répondirent qu’elles ne pouvaient en aucun cas l’aider car elles avaient connu les mêmes infortunes.

Sur les conseils avisés et désintéressés du banquier, toutes décidèrent de réduire leurs dépenses : moins d’argent pour les écoles, pour les programmes sociaux, la voirie, la police municipale… On repoussa l’âge de départ à la retraite, on supprima des postes d’employés communaux, on baissa les salaires et parallèlement on augmenta les impôts. C’était, disait-on, inévitable mais on promit de moraliser ce scandaleux commerce des ânes.

Cette triste histoire prend tout son sel, quand on sait que le banquier et les deux escrocs sont frères et vivent ensemble sur une île des Bermudes, achetée à la sueur de leur front. On les appelle les frères Marchés.

Très généreusement, ils ont promis de subventionner la campagne électorale des maires sortants.

Bien à vous
Pierre Schhh

 

4 octobre 2011

Ce sont des élèves d'une promotion d'une grande école parisienne qui ont décidé de se réunir tous les dix ans, au cour d'un dîner.

Quand le premier dîner est organisé, ils ont cinquante ans. L'un d'eux propose le restaurant Lions, en disant :

- Il est pas mal, et il y a une serveuse très sexy, qui a un décolleté sacrément plongeant.

Dix ans plus tard, ils proposent de se réunir dans le même restaurant :

- On y mange bien, et il y a un confit de canard remarquable.

Dix ans plus tard :

- Ce resto est pas mal, car il y a un ascenseur qui permet à ceux qui ont des fauteuils roulant d'accéder à la salle du premier.

Dix ans plus tard, l'un des membres du groupe de survivants propose toujours le restaurant Lions. Et les autres répondent :

- Pourquoi pas, on est toujours partants pour essayer un restaurant qu'on ne connaît pas.

 

 

 

2 avril 2012.

Humour surréaliste ( Jacques Juan )

Avant de quitter la maison :

- Donner des croquettes aux plantes vertes

- Débrancher le chat

- Arroser le compteur électrique

- Retrouver la carte grise de la tondeuse.

Extrait d'une poème écrit pas un physicien :

- Les champs magnétiques désespérés sont les champs les plus beaux.

Dialogue entre physiciens

- Combien de sucres dans ton équation de Maxwell ?

Si vous ne connaissez pas cet extrait de la négresse blonde, de Georges Fourest (né en 1867), réédité chez Grasset:

Les pantoufles volaient dans l'azur famélique

Quand soudain apparut mon oncle d'Amérique

Les les homards, volaut tout autour des portiques

Afin d'un voir plus clair enlevaient leurs tricots.

Si vous avez des suggestions dans ce style, elles seront les bienvenues ( je citerai le nom des auteurs )

 

 

 

 

Des chirurgiens discutent en donnant surs avis sur leurs patients, sur les plus faciles à opérer.

Le premier dit : ce sont les électriciens. A l'intérieur, tout est repéré par un code de couleur.

Non, dit le second, ce sont les bibliothécaires. Chez eux, c'est classé par ordre alphabétique.

Le troisième : je préfère les mécaniciens, parce qu'ils arrivent avec leurs pièdes de rechange.

Vous n'y êtes pas du tout, dit le dernier. Ce sont les politiciens. Ils n'ont ni coeur, ni tripes, ni couilles. Et quand on change la bouche avec le trou du cul, personne ne voit la différence.

 

 

- Il faisait un temps de brouillard à se moucher avec le nez d'un autre

Jean Lecomte, années soixante          

 

Deux vieilles discutent.

- Tu te rappelles, quand on rêvait de ressembler à Brigitte Bardot ?

- Oh, oui !

- Ben, maintenant, ça y est.

 

Humour chinois :

Un professeur s'adresse à ses élèves :

Je vous rappelle, quand vous créez des textes, que vous devez viser à la fois la précision et la concision. Beaucoup d'entre vous ont sur ce point des prohrès à faire. Ainsi je prends cette copie où l'un de vous écrit :

Je voudrais avoir une maison anglaise

Une épouse Coréenne

Une bonne Phillippine

Une maîtresse japonaise

Une voiture allemande

Et il ajoute :

Comme cela je pourrais, à bord d'un jet privé américain, emmener ma maîtresse japonaise à l'étranger, boire du vin français. Je pourrais m'acheter une montre suisse, lui offrir des bijoux italiens....

Pourquoi ne pas simplement écrire :

- Je voudrais être câdre supérieur au parti communiste chinois ?

 

 

- Mon cousin avait trouvé une annonce sur Internet. Un site proposait un agrandisseur de pénis pour 60 euros.

- Il l'a commandé ?

- Oui. Il a reçu une loupe.

 

Un couple de centenaires divorce après 70 ans de mariage. Les journalistes les interrogent sur les raisons d'une décision aussi tardive.

Ils répondent :

- C'était à cause des enfants. On a attendu qu'ils soient morts

 

Une maman mite, dans un placard, gronde sa fille, qui boude la nourriture :

- Si tu ne finis pas ton bas de laine, tu n'auras pas de vison !

 

La preuve que la réincarnation existe est que certains humains sont si cons qu'il est impossible qu'ils puissent atteindre un tel niveau de connerie en une seule vie.

 

Dans chaque famille il existe un individu bizarre. Si, dans votre famille, vous ne parvenez pas à l'identifier, c'est que c'est vous

 

Humour chinois ( mars 2015 ) :

Un type sort d'une soirée chez des amis, passablement arrosée. Au détour d'un virage et aperçoit des policier qui procèdent à des contrôles.

Il se dit :

- Si je fais marche arrière, je vais aggraver mon cas.

Alors il décide de continuer, s'arrête à la hauteur de policier, prend le ballon et souffle dedans. Ceux-ci :

- Monsieur, ce contrôle, c'est pour les automobilistes, pas pour les piétons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour vers Nouveautés        Retour vers Guide       Retour vers Page d'Accueil

Retour vers la page Humour

Humour Noir